Rechercher

Ecriture automatique...

Ce qui me passe par la tête…

A nouveau un retour en arrière… regarder la vie écoulée… ces dernières semaines… derniers mois… dernières années… m’être tant limitée, seule, dans l’unique espoir d’être aimée. Plaire à tous et me taire. Comprendre tout le monde sans voir l’impression d’être comprise. Entendre, écouter l’autre avec attention, en étant présente, sans être à mon tout écoutée et entendue… sans être jugée… se faire confiance, lâcher prise… ces mots tant de fois entendus mais impossible à mettre en œuvre.



Vouloir être aimée, se fondre, survivre… et quand l’envie de vivre est trop forte, tout quitter. Tout quitter sans se retourner. Pour un espoir. L’espoir.

L’espoir d’être soi. Mais comment savoir qui l’on est quand on a passé sa vie à être quelqu’un d’autre.

Attendre la révélation. Et se (re)construire en attendant. Tomber un peu plus bas encore. A force de problèmes, de tout gérer seule… un événement surgir… et l’effondrement. Laisser les larmes couler… ne plus réagir. Ne plus dormir. Penser à ce bonheur si court. Toucher ce rêve du bout des doigts et le voir s’envoler en un éclair. Et les ténèbres.

Chercher comment s’en sortir encore et toujours. Autre chose. Et toujours le même schéma. Jusqu’à la révélation.



Une question posée. Et une réponse totalement irréflechie, folle. Et pourtant. Enfin moi, enfin la lumière. Un nouvel espoir qui surgit. Enfin être moi et faire ce pour quoi je suis faite. Plus je reviens vers moi et plus la lumière apparaît et j’entrevois ma part d’ombre. L’ombre où même de belles rencontres peuvent se faire. Affronter son côté sombre, le comprendre, l’accepter, se pardonner.

Trouver et comprendre ses blessures, encore et encore.

Regarder ses émotions comme un miroir qui m’en apprends un peu plus sur moi.

Apprendre à s’écouter, à aller à contre-courant.

Dévoiler ses idées et ses envies au monde.



Enfin s’entrevoir soi-même. Commencer à se faire confiance, à s’aimer, à s’accepter. Et quand même toujours ce réflexe de parfois se taire. S’effacer quand un désaccord surgit. Par peur du conflit. Et peu à peu accepter de s’accorder de l’importance et le droit d’être en désaccord. Est-on obligé d’être toujours d’accord avec l’autre pour s’aimer ? je crois que non. Se respecter me semble être plutôt l’une des bases. Respecter que l’on ne soit pas d’accord aussi. Faire entendre sa voix malgré tout. Pas pour s’imposer, mais pour se donner à soi de l’importance. Avant de se faire aimer par les autres, d’abord s’aimer soi. Et à mesure que cette confiance renaît, ou naît simplement, de nouveaux espoirs apparaissent. Des envies, des rêves… ou certains qui simplement renaissent. Laisser partir le passé. Ne pas l’oublier, simplement l’accepter… et aujourd’hui, être soi ressemble à une balade en forêt au son du tambour, sans peur du regard de l’autre. Etre d’accord d’être différente et de faire les choses différemment.

17 vues
  • Instagram - Cercle blanc
  • YouTube - Cercle blanc
  • w-facebook
LOGO NOUVEAU VERSION 2 PLUS PETIT.webp

Contact au 06 61 29 67 76

Gardanne en cabinet

Trets et alentours à domicile

LOGO EXPERT.webp

​© 2020 par Marine Jacquemin, Sophrologue certifiée. Créé avec Wix.com